Le growth hacking est il mort ?


#1

Bonjour,

Il y a un an au moins j’avais vu une vidéo d’Oussama Amar dont le sujet est : “Le Growth Hacking est (bientôt) mort!”, https://www.youtube.com/watch?v=eiQV-S31gws

Aujourd’hui, je comprends mieux ce qu’il disait.

J’ai de petites expériences sur linkedin, twitter, facebook, dont le but est d’accroitre la notoriété de mon site:

  1. twitter: follow-unfollow.
  2. linkedin: viste de profils, invitations
  3. Facebook: invitations
  4. google et ses p…n de captcha…on sent bien que google veille

A chaque fois que j’ai utilsé un outil d’automatisation avec une paramètrisation extrèmement prudente je me suis fait bloquer temporairement.

Pire encore, en faisant les mêmes opérations manuellement, je me fais encore bloquer.

Tous ces réseaux sociaux connaissent “nos” hacks depuis bien longtemps et connaissent bien mieux leur site que nous…et en plus ils sont nombreux.

Pour les cold emails, il y a tellement de contrôle à tous les niveaux, que je n’ai même plus envie d’essayer d’autant que le risque personnel et financier devient très très grand.

C est avec tristesse que je ne vois qu’un seule solution…rentrer dans le rang et payer la pub.
C’est avec plaisir que j’essairai un nouveau hack…He oui c est un état d’esprit…un peu déprimé, je le reconnais.


Compte principal Linkedin bloqué aprés scraping Anyleads
#3

Tout simplement, car ces “hacks” sont vieux. Il faut se réinventer en permanence. Et non le growth hacking, n’est pas mort. le GH c’est juste de l’automatisation de tâche, ça existe depuis la nuit de temps et ça continuera.


#4

@camillebesse Camille, je trouve ta réponse radicale.

J’ai utilisé “Leonard for LinkedIn” qui est à peine sortie, et même encore gratuit jusqu’au 1 février 2018. Eh bien j’ai été bloqué avec une configuration extremement prudente.

Par ailleurs, ces hack sont trop vieux, comme tu dis, je les ai trouvé sur ce site :slight_smile:
Une mise à jour de la liste d’outils serait à prévoir, n’est ce pas ?


#5

@camillebesse, t’as raison, c est des vieux hacks.

J’ai l’impression que Twitter, Facebook, Linkedin sont très très protégés maintenant, et, qu’il est quasi-impossible de toucher des milliers de personnes sans passer par la pub.


#6

Je suis d’accord avec toi, le growth hacking est mort si tu limites le growth hacking à ces actions :
twitter: follow-unfollow.
linkedin: viste de profils, invitations
Facebook: invitations
google et ses p…n de captcha…on sent bien que google veille

Le growth hacking c’est avant tout un état d’esprit. Je fais du growth hacking tous les jours dans mes missions et rarement sur ces plateformes.
Le growth hacking peut être aussi physique. Je sais plus ou j’ai vu ça mais un freelance avait proposé à un restaurant franchisé un hack pour monter dans le référencement locale de google. Car le freelance pensait (à juste titre) qu’être très bien référencé localement par google apporterai plus de client.
Il s’est posé la question : “Qu’est-ce qui joue dans le référencement locale ?”. Apparemment les avis sont très important (j’en ai aucune idée personnellement).
Du coup, il a proposé au magasin d’offrir une boisson à chaque personne qui laissait un avis. Résultat : 150 avis il me semble et une augmentation du CA.

Je ne sais pas si c’est du bullshit mais c’est possible comme story.

Mon opinion est que les anciens hacks sont morts. C’est normal, “La roue tourne va tourner” :grin:

L’état d’esprit “out the box” reste viable je pense. T’es pas obligé de faire des ads payantes. Bien que c’est pas mauvais de faire des choses payantes. Le growth hacking est rarement gratuit.


#7

Tout à fait d’accord avec tout ce qui est dit et je me permet juste d’ajouter que même dans la publicité/acquisition de trafic payant, il y a des hacks ^^.


#8

Le forum a déjà 4 ans. Il y a du vieux et du neuf :wink:


#9

Oui, ça me fait penser à un article de Thomas Jacquesson le CMO de Pistache. Ou il raconte comment il est passé de 4.07$ le download de son app à 0.20$

Après c’est comme tout, prendre de l’expérience prend du temps. Et des fois, on se casse les dents alors qu’on ferait mieux de tester autre chose ^^


#10

@Ben_L, tu as raison, j’ai généralisé, et, c 'est l’expression de mon dépit.
Je m’occupe d’un site B2C en pré PMF

Mais, quand je vois que sur Twitter j’ai plus de 2 000 impressions rien que par des follow-unfollow en 4-5 jours, je ne vois pas ce que je pourrai faire dans le monde réel pour avoir l’équivalent.


#11

Je suis d’accord avec toi pour les gros hacks qui marchaient avant c’était bijoux. Tu auras certainement pas autant d’impressions qu’avec twitter. Il faut essayer d’aller chercher des impressions plus quali peut être…


#12

Si le growth hacking est mort le E-marketing est tout juste en train d’émerger. Plutôt que de simple hack, il nous faut maintenant mettre des stratégies globales en place et se présenter en expert.


#13

Dans le milieu du SEO ca fait 10 ans que j entends que le SEO est mort …pour le growthhacking c est la meme selon moi, c est juste plus high level en raison de la securite qui augmente sur les plateformes et certaines techiques qui se sont diffusees aupres d un public large ( et aussi plein de gens qui font n importe quoi et tuent les plans en quelques semaines…).pour ma part il y a encore largement de quoi s amuser :wink:


#14

Le growth hacking est loin d’être mort. Oussama Ammar a également dit que le GH ne se limite pas/plus à des hacks, mais à un état d’esprit, voire une méthodologie.

Je pense que c’est “juste” l’environnement qui se forme pour nous bloquer et nous force à constamment développer notre créativité. En ce moment, on parle aussi beaucoup du GDPR et de l’affolement autour. Mais il y aura aussi des méthodes permettant de travailler avec ça.


#15

tu t es fait bloque avec Leonard? quelle configuration? merci


Communauté initiée par @camillebesse avec l'aide de @Cebri@JulienD@VivianSolide@Boristchangang
Follow @growthhackingfr