Seul ou à plusieurs..

#1

Hello !

Bon déjà bonne année à tous :slight_smile:
Je suis face à un petit dilemme.

Je suis actuellement en train d’envisager la création d’une société.
L’aventure à commencée il y a 8 mois, avec un “associé/ami”, notre activité : du ecommerce.

Je lui ais beaucoup appris. Il a eut une belle marge de progression et c’est agréable de bosser avec lui.
Il a une bonne vision, et très bosseur quand il se motive.

Cependant, maintenant que notre affaire commence à tourner, et que j’ai également d’autres idées en parallèle. je sais que je peut mener a bien certains projets tout seul.

Je me dis qu’il n’y a pas vraiment de chose où j’ai BESOIN de lui, il est toujours partant lorsque j’ai des idées, mais il n’est pas souvent force de proposition. Et le seul projet où je l’ai laisser gérer presque en totale autonomie, j’ai l’impression qu’il ne veux pas assez aller de l’avant. Il stagne et ça n’a pas l’air de le déranger.

Je me dis alors pourquoi partager mes profits avec quelqu’un qui n’apporte pas vraiment de valeur dans le projet (ni par des compétences en particulier, ni par du capital)

Bien sur, je sais également que être à plusieurs à aussi des avantages, c’est plus facile de franchir les obstacles, on peut déléguer, etc mais je ne ressens pas ce besoin honnêtement.

Je pense qu’il est plus judicieux que chacun crée sa structure, en continuant a s’entraider, mais en étant chacun indépendant d’un point de vue business.

J’entend partout, qu’il faut être 2, que les gens seul ne réussissent pas longtemps, que si on a pas convaincu 1 personne de rejoindre notre projet ça veut dire qu’on ne sait pas se vendre, etc…
Du coup, je suis un peu perdu…

Voila, je suis preneur de vos avis / retours d’expériences.

1 Like
#2

Il est dit : If you want to go fast, go alone. If you to go far, go together.

Personellement, après un gros échec avec mon associé, je prefere travailler seul, avec le seul objectif : Faire du chiffre d’affaire !
Puis si j’ai besoin d’aide, je recrute.

Ce n’est que mon point de vue personel. T

6 Likes
#3

avec mon expérience dans entrepreneuriat je partage le point de vue de @surpriz

#4

Je partage l’avis de @surpriz
Vous avez identifié par vous même plusieurs inconvénients majeurs dans une telle association, avec cette personne. Ne vous forcez pas, juste parce qu’il y a un adage populaire, vous risqueriez de le regretter par la suite. Si un jour vous êtes amené à rencontrer un autre potentiel associé avec qui ça se passe mieux : votre instinct vous le dira.
(Juste mon avis personnel).

1 Like
#5

Bonsoir,
Je suis plus ou moins aussi dans la même situation que toi, je suis associé avec un pote d’enfance et on développe une app mobile ensemble avec une vraie start-up derrière, je lui ai tout appris aussi, je travaille beaucoup + que lui sur le projet et il est beaucoup moins motivé que moi…

Je compte reprendre le projet seul pour ma part !
A titre subjectif, je pense qu’il faut être seul pour gérer ses activités tout en déléguant des tâches et autre (mais il doit y avoir 1 seul boss) car en restant seul tu es libre de choisir les actions que tu vas mener, les différentes stratégies, prendre tel ou tel voie, être libre de ton temps, de tes actions etc tu contrôle ainsi vraiment tout ! Le faite d’être avec un associé peut poser un problème qui est que plus tard chacun peuvent avoir des idées différentes, avoir des stratégies (marketing ou de ton produit) différentes et tout ça va créer des conflits dans le groupe et sa va plus amener à la chute de ton activité plutôt que de l’emmener a son apogée…

Ce que j’en pense c’est qu’il faut choisir un associé (si on en veut un ou si on a la même idée de business qu’une autre personne) qui as des compétences DIFFERENTES de les tiennes et ainsi qu’il ne fasse pas les mêmes types de tâches que toi dans l’activité. Chacun son expertise et ainsi il n’y aura pas de conflits, tu pourra multiplier les compétences, chacun aura ses propres idées sur leur domaine et la boite sera alors au top !

Par exemple si je veux créer un business, moi qui est + orienté dev, programmation etc, si je veux un associé, il faudrait que je trouve une personne qui sort d’une école de commerce ou qui soit caler dans le marketing et la vente comme ça moi avec mes compétences je créer le produit et mon associé avec ses compétences le promouvoit ! Et la sa matche ! Les compétences sont ainsi complémentaires, il n’y auras pas de problème car chacun son domaine d’expertise :slight_smile:

Voila j’espère que mon retour t’aidera a trouver la réponse que tu cherche !

1 Like
#6

Bonjour à tous,

Je me permets d’intervenir car je suis aussi confrontée à ce dilemme.

Mais la bonne question, n’est-ce pas comment trouver un bon partenaire ?
Car en business, comme dans un couple, la personne idéale n’est pas facile à trouver …

Parallèlement, on dit qu’il est rare que l’on soit bon concepteur de produit/service et bon commercial.
Et je pense que c’est vrai, le tandem idéal est un visionnaire et un communicateur !

Qu’en pensez-vous ?

1 Like
#7

Je pense que tout est dit ici. Si tu t’entoures de personnes, que ça soit associés ou salariés, autant qu’elles apportent une valeur quelque part, sinon ça sera du temps, de l’énergie et de l’argent perdu.

Ça rejoint la remarque de @virginie22 “comment trouver un bon partenaire”, ce dernier sera celui qui apporte de valeur à ton business et/ou à toi même.

1 Like
#8

@virginie22, Effectivement la personne idéale n’est pas facile à trouver…
Dans l’idéal, si vous souhaitez travailler avec un co-founder, il vous faut trouver une personne avec qui vous seriez capable de vivre au quotidien ensemble. J’ai choisi de monter un projet avec mon ancien colocataire. Tout s’est bien déroulé, à condition que :

  • Chacun délivre une part égale de travail
  • Chacun veuille faire progresser l’autre
  • Que vous puissiez communiquer avec transparence

Personnellement, il m’est arrivé de monter un business à 2 et un business seul. :nerd_face:
Je pense que si le projet est d’envergure et prometteur au niveau du CA, être à 2 permet de diviser la charge de travail et de supporter les baisses de motivation. 1 des 2 prendra la lead naturellement.

Si vous connaissez vraiment les personnes avec qui vous entreprenez, vous serez capable d’anticiper si une personne restera dans le jeu ou non au bout de quelques mois.
Si vous préférez être seul, parce que vous n’êtes pas à l’aise avec l’autre co-founder, lancez vous seul… ou prenez un co-founder plus challengeant. C’est mon avis :wink:

1 Like
#9

Perso, j’ai monté un business à 2, et un business seul.

Le business à 2 s’est stoppé peu après car je bossais plus que l’autre (en tant que dev, je bossais plus au début du projet), et voyant ca, j’ai perdu un peu ma motivation.

Le second business, j’ai commencé seul. Puis j’avais engagé un sales (avec un salaire), et comme il bossait super bien, et qu’au bout de quelques semaines, j’ai vu son comportement et surtout comment il réagissait face au probleme, je lui ai proposé de devenir co-fondateur.
Et ca marche très bien ensemble. Je savais à quoi m’attendre, et lui aussi.

Après, tout dépend du projet, du contexte, de l’argent à investir, des compétences…

Bon courage :sunglasses:

2 Likes
#10

M. Mazella (Blablacar) dit : Si dans le “recrutement” tu as un doute, alors pas de doute ! (Cela signifie que que si tu as un doute sur ton associés et/ou sur ton salarié, il n’y a pas de doute a avoir sur le fait qu’il n’est pas la bonne personne)

2 Likes
#11

Bonjour à tous ceux et celles concernés par ce problème très courant. Pour y répondre j’ai publié un guide pratique qui traite exclusivement de cela: “Start-up: bien choisir ses associés et mieux répartir son capital-actions” (disponible à la fnac, ou sur Amazon Books). Vous y trouverez des méthodes pour mettre sur le gril vos candidats-associés, des conseils pour choisir les cofondateurs qui vous conviennent: à vous et à votre start-up. Ce sont des conseils pour apprendre à jauger la légitimité entrepreneuriale de vos futurs associés. Des méthodes sur comment répartir les tâches et les responsabilités au sein de la start-up et, partant, comment répartir judicieusement (c’est-à-dire en ne tombant pas dans le piège du fifty-fifty) le capital entre associés. Je suis parti du constat que plus de 70 % des échecs des startups ont essentiellement pour cause des problèmes (disputes, conflits, jalousies) de personnes. Dans les annexes, vous trouverez des matrices d’aide à la décision (outils didactiques).

2 Likes
#12

Hello,

Je me suis retrouvé dans ce genre de situation voici mon avis pour une entreprise classique avec des bureaux et des salariés sur place.

Quand tu pars de 0 c’est toujours plus agréable d’être accompagné, le fait qu’il te suive te donne une super confiance en toi et t’aide aussi à te motiver et a developper ta créativité.

Si tu as les moyens et le mindset du solo entrepreneur pour tenir les coups durs alors tu peux y aller seul et prendre des salariés de confiance (tout le monde n’a pas envie d’être entrepreneur, mais peut se dévouer pour sa boite) ; => perso c’est ce que je tente mais c pas facile tous les jours

Sois a minima majoritaire dans les parts pour leader les grandes décisions, Il a peut être d’autres talents qui t’aideront plus tard pour faire grandir ta boite (Commercial / finance…) ; il est peut être ton middle management de demain et te permettra d’atteindre les étoiles.

De toutes façons tu pourras toujours augmenter ton capital plus tard (en fonction de tes futures idées) pour le diluer ou faire rentrer d’autres investisseurs, associés.

Pour du télétravail…reste seul et rencontre un max de solo entrepreneurs via les aperos, confs…

++
Hub

#13

Le plus grand danger pour les sociétés en création sont à mon sens la gouvernance. Il faudrait regarder le nombre de société qui vont au tapis pour des raisons de gouvernance (vision, travail, engagement, désirs perso…). Il y a tellement de paramètres pour réussir avec son associé qu’il est vraiment compliqué de trouver un binôme complémentaire répondant aux problématiques évoqués au dessus.

Effectivement être à plusieurs ça va plus vite, ça réfléchi mieux et ça exécute davantage, c’est indéniable.

J’aurai tendance à travailler plus dur seul dans un premier temps pour pouvoir embaucher et donner des BSPCE aux premiers arrivants afin de motiver et fidéliser. Cela me permet un contrôle sur la structure et les décisions tout en ayant des associés me permettant cette caisse de raisonnance nécessaire à bien avancer.

Team : CamilleBriceJulienVivianBorisXavierSteven.