Excubateur cherche futur associé growthhacker + presta pour se découvrir ;-)


#1

Hello à tous, suite au joli mariage de @Frederic_Lemonnier et @Morgan_Bancel, je cherche à mon tour un futur associé spécialiste du GH et des actions de Webmarketing plus classiques :wink:

Je suis en train de monter un gros projet d’excubateur (pas un incubateur, pas un accélérateur…un excubateur ^^ ) : un projet assez innovant car pour faire simple c’est une sorte de webagency inversée : au lieu de bosser sur des appels d’offres de clients, nous inventons nos propres projets, nous les développons, nous les testons le plus rapidement sur le marché, nous les rentabilisons pour les vendre au plus vite à des tiers acquéreurs (max 18 mois par projets) : bref : une sorte d’usine à projets digitaux.

Je compte accoucher / lancer 4 projets très différents au 1er mars : à la fois du saas b2b, des sites éditoriaux et une marketplaces…

Je cherche un GH spécialiste de l’acquisition, tests & tracking sur tous les leviers… J’ai un bon dev dans l’équipe si besoin de développer des outils maison.

Pour faire connaissance et débuter en mode light sur du concret, je peux aussi proposer une presta d’accompagnement pour m’aider à développer le business d’un ami qui voudrait accélérer son développement sur un service Saas B2B :

Bref : pour résumer : je cherche un GH dispo pour commencer rapidement une presta et pour un projet plus ambitieux si affinités :wink:

Merci pour vos retours.

Ps : je peux bien sûr en dire plus sur les projets de l’excubateur si besoin mais étant donné qu’ils sont assez différents…


Recherche d'un futur associé GH pour notre Excubateur + Avis sur le concept
#2

Salut,

J’aime bien ton concept mais je me pose, et donc te pose :slight_smile: quelques questions :
Chaque projet de startup est particulier, demande énormément d’énergie, des équipes dédiées (au moins en opérationnel), et tu cherche un seul growth hacker pour tous tes projets. Ne devrais-tu pas en chercher un par projet ? (le growthack n’est pas une science exact, c’est du marketing, il faut donc tester et mesurer sans cesse pour trouver les meilleurs levier, ça demande énormément de temps) d’autant plus que le temps max de 18 mois pour sortir est super court.

Es-tu sur de pouvoir vendre les produits, sans l’équipe qui les a monté ? Souvent lors des rachats tous les personnel est compris, et meme les dg ou pdg s’engagent à rester un certains temps pour assurer la transition et continuer à mettre en oeuvre leur vision.

Connais-tu les Startup Studio ? (par exemple “efounders”), c’est un modèle que je trouves plus sur : tu as des idées, tu composes une équipe de 2 ou 3 opérationnels par projet qui seront associés (minoraitaire, mais leur donner des parts est indispensable pour les motiver) à la SAS créé pour le projet en question . Tu leur mets à disposition des moyens transversaux communs (juridique, dev, market, … pour leur faciliter la tache), et tu les drive en stratégie.

Qu’en penses-tu ?


#3

je rejoins l’idée de Love-Shr de faire plus un studio de projet, car revendre des projets sera un chemin ardus qui va vous monopoliser de l’energie.


#4

Hello @Love_Shr_ , merci pour tes questions très pertinentes.

J’ai clairement benchmarké les modèles de startup studios (efounders étant effectivement assez proche, les “rocket” brothers plus une usine à mee too, dans une autre mesure…). Y’a du bon effectivement chez eux mais le positionnement est assez différent : je t’en parle après…

Pour te répondre déjà sur la passation des projets à des tiers acquéreurs :

  • A chaque projet est dédiée une équipe projet composé d’internes et d’externes … Les externes peuvent être intéressés contractuellement (selon volume de travail, implication sur la durée, importance business de leur rôle…) à la réussite/revente de chaque projet. Bref, un mode d’association plus light et plus flexible qu’en créant une boîte et surtout qui ne met pas en péril le projet si clash (dédommagement prévu contractuellement). Les “internes” en tant que membres permanents sont bien sûr intéressés automatiquement.
  • Pour répondre à une de tes questions, on peut tout à fait placer un GH externe sur chaque projet…
  • Sur la passation à un tiers acquéreur qui chercherait également à acheter des équipes / compétences : la question se pose en effet. Dans chaque revente est déjà prévue une prestation d’accompagnement/migration. Mais on loupera surement des deals en ne voulant pas lâcher certaines personnes clés de l’équipe interne. En ce qui concerne les externes, ils peuvent choisir de rejoindre l’acquéreur, c’est leur choix.
  • L’équipe n’est pas assez consistante pour l’instant mais si on arrive à faire rapidement quelques track records / deals ; clairement je nommerai des pseudos CEO full time sur chacun des projets, et qui eux pourront faire partie intégrante du deal.

Pour revenir sur le positionnement :

  • Le but tu l’as compris n’est pas de créer une usine à startup avec toute la logique financière qui va derrière : équipe de départ, produit qui se cherche un marché, pivots successifs, augmentations de capital successives via des VCs qui chercheront à faire x7 tous les 3 ans…
  • Là le modèle est bcp plus flexible : on vend un produit/un site éventuellement un bout d’équipe : bref une passation plus souple pas de due dilligence juridique-sociale qui prend des mois…
  • Notre valeur ajoutée tourne autour de 3 axes : la créativité business (capacité à inventer des business rapidement), la flexibilité/réactivité des équipes projets, les synergies (techniques & business) entre chaque projets. Ce qui peut paraître un manque de focus pour certains gourous de la “lean academy” devient en fait une force.
  • Sur les projets : ok y’aura des accidents, des projets qui feront pshiiit, c’est la mutualisation des risques de ce mode multi-projets. Un projet revendu ou planté permet le développement d’un suivant : donc selon la bande passante 4-5 projets seront exploités en simultané. Certains projets (les saas mensuels notamment) pourront rester dans le giron de l’excubateur pour lisser les revenus et limiter de surcroit les risques projets…

Voilà, tu en sais plus… J’ai pas mal de questions en mp : j’ai essayé d’être synthétique dans ce post :wink: Rien de confidentiel : c’est un modèle extrêmement novateur j’en ai conscience qui surfe sur pas mal de tendances sociétales (de plus en plus de freelances de 40 ans qui cherchent des aventures plus entrepreneuriales que leurs anciennes grosses boites, les logiques de mvp, les grosses boites qui n’ont pas de labo de r&d etc…)

Ps : on m’a demandé également quels étaient les 1ers projets :wink:

  • un service saas de support client automatisées
  • des agrégateurs éditoriaux
  • une marketplace B2B
  • un coach virtuel …

#5

@Curation2web : Clairement dans l’équipe interne/fondateur : je cherche un spécialiste de m&a (fusion/acquisition) qui dés la naissance de chaque projet sourcera les acquéreurs, et finalisera bien sûr les deals…

c’est un métier à part entière :wink:


#6

Merci Renaud, c’est très clair !

Faire des services BtoB vous permettra effectivement de les revendre plus facilement et surtout plus rapidement.
Un acteur métier actuel très actif dans les achats btob est Econocom via sa filiale Digital Dimension.


Team : CamilleBriceJulienVivianBorisXavierSteven.
Follow @growthhackingfr