La Délivrabilité : Les Grandes Questions

Le délivrabilité est considéré lorsque l’e-mail va dans la boîte de réception ou même quand il ira dans le SPAM c’est considéré comme délivré ? Et, on peut envoyer maximum combien d’e-mails sur Gmail par exemple ?

1 « J'aime »

La délivrabilité a pour but que ton destinataire reçoive ton email dans sa boîte de réception principale, afin qu’il soit lu…
Et pour ta question sur le nombre d’envoi sur Gmail je n’ai pas bien compris ?

Salut @JackBeauregard,

Beau post qui contient des questions pertinentes. Merci pour les mentions.

Tu as beaucoup de questions et ça va être compliqué de répondre à tous mais voici mes réponses, en complément de ce qu’à dit @mehdi18

Warm up EN vs Cold emails FR:

Globalement le fait que tu envoies des cold emails en français et que ton warm up soit en anglais n’a aucun impact négatif et ce serait stupide de la part des providers de pénaliser ça. Tu as bien le droit d’être bilingue et de contacter des boites en anglais, français, allemand etc.

Pour le label « Instantly Warm-up » c’est en effet une connerie de la part d’Instantly mais aujourd’hui rien ne prouve que Google le pénalise. Le label est géré différemment chez MailReach pour justement avoir un comportement beaucoup plus discret et subtil que ça.

Sur les outils d’envoi :

Google pénalise certains providers / SMTP mais tant que ton outil d’outreach envoie via l’API Gmail ou l’API Outlook, tes emails proviennent techniquement de Gmail ou d’Outlook, et c’est ça qui est important.

Le pire en cold outreach c’est utiliser des SMTP custom et tout ce qui est globalement peu connu de Google / Microsoft ou connu d’eux comme étant des tools utilisés majoritairement pour du spam de masse. Les tools classiques d’outreach type Instantly, Reply.io, Lemlist, etc c’est rien niveau spamming comparé aux lance-flammes type MailWizz, PowerMTA, Elastic Email et toutes ces merdes.

Dans tous les cas, ça ne sert à rien de se couper les cheveux en 4 là-dessus. Le bon setup de cold outreach c’est d’envoyer depuis des boites mail Google Workspace, Office 365 ou Zoho. Tout le reste est sous-optimal.

Ensuite dans le choix de l’outil qui automatise les séquences, tant que l’outil envoie en utilisant les IPs Google, Microsoft ou Zoho, c’est relativement même soupe niveau délivrabilité si un custom tracking domain est bien setup.

Donc le choix du tool c’est basé sur l’UX, le prix ou whatever, mais y’a pas de différence notable en délivrabilité.

Sur les liens / domaines dans l’email

C’est une cause majeure de « content related spam ». Avoir un vrai site derrière n’a pas forcément d’impact. Tu peux avoir un domaine X qui n’a aucun site mais qui est un 301 redirect vers un site Y et avoir une délivrabilité parfaite.

Oui il y a un sujet de réputation du domaine, mais il y a aussi un sujet d’extensions de domaines (tous les TLDs ne se valent pas, un .com est supérieur à un .tech, etc). Les mots à l’intérieur du domaine jouent également, la présence de chiffres aussi, etc. C’est complexe.

Les paramètres de tracking type UTM dans un lien jouent un rôle et typiquement ça augmente le risque d’arriver en catégories Gmail.

Sur la délivrabilité vers Yahoo, Outlook.com etc

Ce sont des adresses personnelles et ça créé un problème. Car une adresse perso n’est pas ou peu censée recevoir de l’email de prospection B2B, et donc ça a tendance à trigger les spam filters. C’est pourquoi tu peux arriver 100% inbox sur du Office365 et 100% spam sur Hotmail ou Outlook.com

Quasi tous les warmers chauffent quasiment exclusivement auprès d’adresses email professionnelles et donc le warm up avec Yahoo, Hotmail, Outlook.com est très largement moindre.

Sur la délivrabilité / reputation entre Google et Microsoft

C’est plus difficile d’avoir une réputation élevée auprès de Google qu’auprès de Microsoft. Mais Microsoft peut être méga relou sur des conneries et prend davantage les blacklists externes en compte (type Spamhaus).

Microsoft a un comportement beaucoup plus con que Google, sans surprise, sur le spam filtering.

Regroupement des adresses-mails

Dans un compte Google Workspace, tu peux avoir mettons 50 domaines différents, il n’y a AUCUNE contamination de spam inter-domaines. Tu peux arriver 100% en spam sur un domaine X et 100% en inbox sur un domaine Y.

Bottom line

  • C’est très chronophage de chercher à tout comprendre, il faut surtout se fier au spam test pour savoir ou tes emails arrivent, il n’y a que ça qui compte en délivrabilité, tout le reste c’est du brassage d’air. Soit tu arrives en spam, soit en catégories, soit en inbox, terminé.

  • Il faut préparer ses emails, tester en conditions réelles d’envoi et voir ou ça atterrit. Si ça atterrit aujourd’hui en inbox, c’est que ton contenu est bon. Si tu arrives en spam dans 1 mois avec le même contenu, c’est que ta réputation a baissé, c’est tout.

  • Info bonus 1 : toutes les astuces à base de spintax pour arriver + souvent en inbox c’est bullshit as fuck. Ca n’a aucun impact. Tu as le droit d’envoyer 1000 fois le même template et respecter les bonnes pratiques. Il n’y a rien de mal à envoyer la meme chose à des milliers de gens, ce n’est pas le critère du spam. Par contre il faut personnaliser le prénom ou le company name, à minima, mais ça suffit.

  • Info bonus 2 : le cold email n’est pas du spam. Il y a un tendance globale à se sentir dans l’illégalité quand les gens font des campagnes d’email. Ce n’est pas interdit par le GDPR hein, vous ne brisez pas de loi si vous permettez l’unsubscribe facilement. Google a sorti sa propre fonctionnalité de cold outreach donc ça ne sert à rien de vous cacher, y’a aucun mec du SWAT qui va sonner chez vous pour vous plaquer au sol.

Je le répète, Google n’est pas contre le cold outreach et le bulk emailing hein. Ils ont meme une page de best practices en bulk emailing. Elle est ici : Learn about bulk email best practices - Gmail Help

Best,

5 « J'aime »

Ça c’est de la réponse :muscle:t4:
On parlait de ça effectivement hier avec @JackBeauregard le Cold email en France est vu comme du spam de la part des expéditeurs mais non !
Ils ont une guerre plus importante à mener envers les mails de phising (fausses relances EDF ou banque).
Je trouve la délivrabilité plus simple en cold email (outreach) qu’en email marketing (plus chiant) tu en penses quoi toi @Neimad ?

2 « J'aime »

Il n’y a pas de question de lamer,
mais un lamer peut poser une question…

Apres avoir lu les messages ci dessus et tenté de comprendre du mieux que je pouvais; je vais commencer par décrire ma situation:

je suis employé par une boite qui réalise des analyses de produits chimiques, pour savoir si votre maison, bureau ou école sont contaminés par des métaux lourds, des PFAS, des pesticides ou quelque autre joyeusetés reprotoxiques ou cancérogènes.

Mon travail consiste à essayer de trouver de nouveaux clients (B2B et B2C).
Donc j’essaye d’envoyer un maximum de messages en ciblant des gens ou des lieux qui devraient faire réaliser ce type d’analyses (des mairies, des scientifiques, des bureaux d’etude, des aérodromes, des ecoles, des creches…).

J’ai la chance d’avoir un ami qui m’a codé un script power shell pour scrapper le site https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/ ce qui me permet de récupérer beaucoup d’adresses de scientifiques sur des themes ultra precis.
Je passe du temps a faire des recherches sur internet pour trouver des listes d’emails sur des domaines précis.
Je leech facebook pour faire des listes de contacts (a la main…)
il arrive que nous achetions des fichiers d’email (récemment les mairies de l’est de la france)…

L’année dernière j’ai fait des envois via moi boite [email protected]
J’avais a cette époque un abonnement office 365 et j’envoyais au maximum 900 email/jour quand j’avais une liste de diffusion via cette adresse et sur outlook

Depuis, on m’a offert un packoffice pro et mon adresse [email protected] semble etre bridée à +/6 300 envois/jour avant que cela ne me bloque le compte.

Voila pour ma situation et maintenant voici ma question:

Quelle(s) solution(s) utiliser pour reprendre mes envois d’emails sans me faire bloquer et si possible en touchant les cibles.

Je précise que nos emails sont toujours bien rédigés et pertinents d’un point de vue scientifique.
Par exemple si on écrit aux mairies c’est pour leur proposer les analyses pour ERP de la petite enfance qu’elle sont tenues de faire.

A cet instant mon idée serait de demander a mon boss de prendre un abonnement Office365 pour obtenir une nouvelle adresse outlook.com

Par avance merci pour vos conseils

1 « J'aime »

Hello et bienvenue !
Pour faire court, si je comprends bien tu fais du cold emailing de masse (mail de prospection à froid)
Dans ce cas, il y a une stratégie à respecter pour ne pas te faire ban ou dégrader ta réputation de domaine auprès des ESP(Google, Microsoft, …)
N°1 : Tu dois acheter un nom de domaine pour garder le tien safe
N°2 : Tu dois le « warmup » pré chauffer via des outils comme Mailreach ou Instantly
Et si tu envoies à des B2B je ne te conseille pas les en [email protected] mais [email protected] (pour être plus PRO)
Et surtout ne JAMAIS acheter des listes qui proviennent de je ne sais où et qui a pu être spammé avant…
Trouve un presta qui te fait une liste personnalisée selon ta recherche
Je ne peux pas te faire un cours ici (ce serait trop long)
Mais le cold emailing n’est pas aussi simple que ce que l’on croit
Je te rajoute en image une stratégie à respecter pour ne pas passer en SPAM (c’est ce que je fournis à mes clients)
J’espère t’avoir aidé, si besoin DM moi pour en parler

4 « J'aime »

Merci pour toutes ces infos, on est sur un thread de haute volée là !
Je vais regrouper tous les posts sur le sujet d’ailleurs ça me servira de documents de références :wink:

Je tente ma chance 100k emails par jour, 1000 domaines, 3000 adresses ?

2 « J'aime »

MDR toujours dans l’extrême toi lol

1 « J'aime »

tu utilises ce tool gratuit de Google ? Postmaster Tools – Google

J’ai jamais utilisé, je sais même pas si ça marche vu l’interface un peu datée

1 « J'aime »

Oui je m’en sers pour vérifier en live la réputation de mon IP et checker le taux de mis en « plaintes »

Le schéma de @mehdi18 est un bon départ. C’est très très safe comme approche et peut-être un peu overkill si tu débutes. Mais ça te permet de partir d’une base.

Tu peux pousser sans problème à 100/150 emails par 24h et par compte (voir +)

Il faut garder en tête que la limite théorique officielle de Google, c’est 500 emails/jour pour une adresse gratuite et 2000 pour une payante. Il n’y a donc pas de raison de se limiter outre mesure.

De mon côté, je tourne avec 6 comptes qui shootent 150 emails par jour depuis +2 ans et je n’ai aucun souci niveau délivrabilité.

Il faut juste être intelligent dans l’approche :

  • Monter progressivement le volume jusqu’à atteindre ton rythme de croisière → Ne pas faire d’envoi en dents de scie
  • Une fois ton objectif atteint, garder un rythme constant → Il faut voir long termes. Si tu veux monter à 150 emails par jour, tu dois être certain que ton marché est suffisamment profond pour pouvoir tenir le rythme sur la longueur.
  • avoir une base de qualité et être pertinent dans ton message pour éviter d’être marqué en spam

++ tous les autres conseils dans ce thread :slight_smile:

2 « J'aime »

Hello
Pour moi ce n’est pas un départ, mais bien une stratégie établie depuis plusieurs années par des pros en prospection B2B cold emailing (pas ma stratégie mais celle de grosses agences US à 100k emails/jours).
Après avoir fait beaucoup de campagnes cold pour moi et mes clients, si nous passons la barre des 60 emails envoyés par adresse et par jour, cela devient chaud au niveau réputation IP.
Ne pas oublier que dans les 60 mails/jours il y a le warmup qui tourne aussi…
Le crawler Google ou Microsoft, ne fonctionne pas comme ça
Il va juste se dire : Quel humain normalement constitué va envoyer 200 mails/jours durant 1 semaine ou plus, et surtout le même mail, c’est pour cela que je conseille fortement le SPINTAX dans votre copywriting.
Je rejoins @tyro sur le fait d’y aller progressivement et d’avoir une base de contact hyper clean pour éviter les hard bounce.
:wink: :love_letter:

1 « J'aime »

Woa merci à Mehdi18 et Tyro pour leurs reponses.

Que pensez vous de la solution de prendre un compte payant sur 365 pour avoir une adresse outlook.com ?

Est ce que cela fait pas plus serieux qu’une adresse [email protected] ?

et la limite etant a 1000/jour c’est largement ce dont j’ai besoin…

Le schéma de Mehdi18 me plait dans la théorie mais dans la réalité je ne me sent pas capable de le mettre en place et de le faire tourner correctement.
Avec mon adresse outlook c’est du facile…

Une stratégie établie depuis plusieurs années par des pros en prospection B2B cold emailing

Très intéressant.

(pas ma stratégie mais celle de grosses agences US à 100k emails/jours).

J’ai l’impression que le marché US est quand même plus mature. Ils ont surement la « mise en spam » beaucoup plus facile (même si le message est pertinent). C’est peut-être pour palier ça que les agences envoi de faible volume par account. Tu en penses quoi @mehdi18 ?

De ton côté, c’est quoi ta stratégie de base niveau répartition du volume ? tu restes systématiquement en dessous de 60 emails/jours (toutes choses égales par ailleurs) ?

Ne pas oublier que dans les 60 mails/jours il y a le warmup qui tourne aussi…

Exactement ! du coup pour reprendre l’exemple de ton schéma, c’est pas vraiment 35 emails par jours mais peut-être 20/25 qui partent réellement sur du pur prospect.

Le crawler Google ou Microsoft, ne fonctionne pas comme ça. Il va juste se dire : Quel humain normalement constitué va envoyer 200 mails/jours durant 1 semaine ou plus, et surtout le même mail,

Je suis d’accord avec toi sur l’approche théorique. Mais j’ai l’impression que personne n’a vraiment testé toutes les configurations. On a tous peur (et moi le premier :sweat_smile:) de cramer un domaine/ip surtout quand on sait le temps de ça prend de bien pré-chauffer sa config.

Du coup, je me suis toujours posé la question de la limitation :thinking:. Pourquoi autoriser 2000 emails/jours si humainement parlant ce n’est pas possible d’en envoyer autant ?

Qui plus est, lorsque Google permet de faire du « publipostage » où c’est le même message qui par sur une base. Ça voudrait dire que d’un côté ils permettent d’envoyer 2000 emails, mais de l’autre ils te coupent les ailes.

En tous cas curieux d’avoir ton retour d’XP.

c’est pour cela que je conseille fortement le SPINTAX dans votre copywriting.

100%

1 « J'aime »

Hello
Nous devons en parler justement (je t’ai envoyé un mail)
Comme déjà expliquer
Ni l’un, ni l’autre
Je pense que tu dois faire une confusion entre email perso ou pro (avec ton nom de domaine derrière le « @ »
En tout, cas oui judicieux de payer microsoft ou Google pour envoyer des campagnes cold emailing

Je reste systématiquement sur ce modèle (60 mails/jour), les US sont plus en avance car ils faisaient cela avant nous et là-bas ils testent tout comme des bourrins donc nous connaissons les retours d’XP :sweat_smile:

Oui j’ai bien inclus le warmup d’environ 35mails/jours (que je bloque) et ensuite 30 à 25mails max envoyés de mon côté.

Pas faux, je n’ai pas la réponse à cela, mais je dirais que le publipostage autorisé par Google par leurs OUTILS aura « peut-être » une meilleure délivrabilité. A tester sur au moins 10 campagnes différentes et à analyser.

Mon taux d’ouvertures sur une dernière campagne que j’ai setup et préparé pour un de mes clients
À voir que le taux d’ouvertures c’est le principal, le reste c’est un peu des « vanity metrics » :sweat_smile:
Environ 75% taux d’ouvertures pour 10K cold emails envoyés, il a signé 89 contrats (pas à 99$ bien sûr), je ne connais pas son CA au final (confidentiel)

1 « J'aime »

Merci pour cet échange très instructif :blush:

1 « J'aime »

Yo,

Par rapport à ta question @mehdi18 sur la difficulté d’avoir une bonne délivrabilité en cold outreach VS email marketing, je te rejoins sur le fait que c’est plus simple à gérer ouais.

Car une fois qu’on a trouvé le bon setup et qu’on respecte les bonnes pratiques, le sujet délivrabilité en cold outreach est plié et on a plus jamais de problèmes de spam, ou quasi.

Par contre en email marketing / newsletters etc, c’est plus relou car énormes volumes, le sujet engagement prend beaucoup plus d’importance, catégories Gmail, ensuite sujet IP dédiée vs partagée, etc…

Pour tout le monde, le 20/80 du game de la délivrabilité cold outreach c’est :

  • Le bon setup d’envoi : Office365, Google Workspace ou Zoho couplé à un tool d’outreach automation.
  • 150 cold emails max / jour. Et oui je te rejoins @mehdi18, plus c’est bas, plus c’est safe. 60 c’est clairement mieux mais pas toujours facile à faire digérer aux clients. 100 c’est un bon sweet spot selon moi. Et ça dépend aussi de la qualité du warm up en face.
  • Warm up sur chaque adresse d’envoi, forcément
  • Le minimum d’adresses d’envoi par domaine pour éviter la contamination inter-adresses
  • 2 relances max, espacées de 3 jours minimum. Plus on relance, plus on a de plaintes de spam.
  • Custom tracking domain configuré dans l’outil d’envoi
  • Lien d’unsubscribe clair dans chaque email

Après y’a toujours des nuances. Certains ont une délivrabilité parfaite en envoyant 250 emails / jour avec un bon warm up mais aussi car ils vendent un produit intéressant et que les destinataires intéragissent mieux avec les emails.

Si tu fais des campagnes qui font la promotion d’un service à la con qui n’intéresse personne voire qui fait chier tout le monde, tu auras un taux de plaintes nettement plus élevé et ta reputation sera endommagée très rapidement.

Pour ceux qui veulent avoir la totalité des bonnes pratiques, on détaille tout dans notre article How to prevent emails from going to spam

4 « J'aime »