Start up cuisine/formation - cherche Conseil/presta GH

Bonjour
Do you cook English ? et Cuisinez vous le Français ? sont deux site pour apprendre les langues à travers la cuisine. Le concept est innovant car unique mais du coup, personne ne cherche “cuisine + anglais” sur google. On m’a parlé du GH pour accentuer le développement de la marque de manière intelligente.

Je recherche des conseils sur comment toucher client potentiels (BtoB, BtoBtoC et BtoC)/ analyser les meilleurs axes de targeting.

Ouvert à toutes propositions.

merci

tibo

bonjour
Deja peux tu déterminer ton concept et ton coeur de cible, stp.
Je ne veux pas te démoraliser, mais tu sais lorsqu’il n’y a pas de concurrents, en général c’est parce qu’il n’y a pas de marché…
cdt

1 J'aime

Alors en fait, c’est plutot que le concept est à la croisée de deux domaines qui ont des demandes:

  • Formation linguistique (dans le cadre scolaire, séjours linguistique, programmes en ligne) bref, il y a de très nombreux français qui pratiquent les langues
  • Cuisine (blogs, émissions culinaires, tutos sur FB) c’est à la mode et beaucoup de personnes sont intéressées par ce “loisir”

Donc on est le seuls sur ce créneau comme la redoute a été un des premiers à ne faire que de la vente par catalogue… Bref, il faut justement prendre un espace qui “n’existe” pas encore vraiment.

Pour les cibles :

Particulier avec des licences à l’unité
Entreprises pour compléter leurs formations linguistiques
écoles de langues pour apporter une touche en plus à leurs programmes

L’enjeu de cette demande est plutôt de trouver un moyen au meilleur ration coût/vente pour la cible des particuliers.

a votre disposition pour plus de renseignements.

Désolé de vous le dire de cette façon, mais vous faites erreur, lorsque vous dites que l’espace n’existe pas. Si cet espace existe et il est déjà pris par les acteurs de la formation linguistique et ceux de la cuisine. Etes vous sur que les gens qui s’intéressent aux langues, ont un attrait pour la cuisine et vice versa?
Avez vous fait une étude de marché ? Etes vous sur qu’il y a un réel marché pour apprendre les termes linguistique spécifique à la cuisine? Si oui quel est votre coeur de cible, quel est son profil type, ou vit il, csp…
Je pense qu’il faut tout d’abord répondre à toutes ses questions.
Une fois que vous aurez vos réponses il sera tres facile de déterminer comment les atteindre. Et à ce moment là on pourra vous donner les outils nécessaire pour atteindre vos objectifs.

Bonjour,

Pour moi, votre cible serait les sociétés de cours de langue qui trouveraient dans votre offre un moyen original de diversifier leur offre.

Taper sur du C serait une perte de temps considérable et si la demande n’existe pas, les requêtes Google ne se créeront pas par magie bien malheureusement.

Je pense que le plus gros effort que vous ayez à faire pour l’heure serait de vous monter des listes/BDD de prospection B2B à destination des organismes de formation en langues, ce serait selon moi le meilleur point d’entrée que vous puissiez aborder en l’état.

Maintenant, faire juste un site à ce sujet sans vraiment créer de véritable atelier cuisine etc ne sera à mon sens que difficilement viable. La valeur de votre service/vision n’entre pour moi que dans la diversification des offres de centres d’apprentissage par des angles originaux tels que la cuisine…mais cela requerra une logistique assez importante et ne pourra globalement pas relever d’un business d’échelle si tel est votre souhait.

Il faut d’abord sonder vos envies et souhaits car ils seront les moteurs de votre motivation bien avant les questions de marché…ne vous lancez jamais dans un business pour l’argent sans quoi vous perdrez en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire…il faut que la passion soit un minimum au rendez-vous.

SL

100% d’accord

Tout d’abord, merci pour votre franchise et pour vos points de vue qui tiennent la route.

En fait, je dirige une boite qui travaille déjà dans la formation linguistique donc je profite de mon carnet d’adresse pour toucher les entreprises (BtoC) et les partenaires potentiels BtoBtoC : agences de séjours linguistiques, écoles de langue, gite/campings, agents immobiliers qui vendent à des anglais, etc… )

Ce que je recherchais sur ce forum était un moyen de cibler au mieux mes pub/communication de manière maline. Si pour vous ce n’est pas vraiment rentable de réaliser cela, alors je le prends pour dit.

Même si pour www.cuisinezvouslefrancais.com, toucher les étrangers qui sont en France est un moyen assez logique de lever des clients !

C’est votre dernier mot : pas assez ciblé?

Si tu traites cela comme produit de ta gamme de prestation alors pourquoi pas. Ton risque est minime et tu peux tester ce segment tranquillement à ton rythme.

Hello

c’est le post typique pour se faire voler une idée :wink: je suis nouveau sur le site et je surpris par la confiance aveugle parfois (attention rien de méchant, plus de précaution).
je m’explique si vous êtes centre de formation vous vous dites c’est du pain béni on cherchait quelque chose à ajouter à l’offre et là on l’a avec tout ce qui ne faut pas faire.
Mais que faut il faire ?
ceux qui ont la réponse vont le faire mais malheureusement pas celui qui a posté …

je sais que je suis parano , j’aime partagé sur l’expérience mais sur ce type de cas on est en limite :wink:

Oui et non ! c’est un peu comme toute start up ! Au début il faut avancer dans l’ombre et ensuite il faut aller très vite sinon, on se fait rattraper ! Les sites sont lancé, des partenariats sont noués, maintenant, c’est plus dur de nous concurrencer. De plus, il y a sans doute des personnes comme vous qui ont trouvé l’idée géniale (merci mon égo :wink: ) et qui se sont abonnés ! non?

Hello

passez en MP et on pourra en discuter si cela vous intéresse :wink:

Je ne suis pas du tout d’accord. C’est une réaction typiquement française de croire que pour lancer un projet il ne faut surtout pas parler de l’idée de peur de ce la faire voler. En France l’idée est sacré. Faux!! En fait c’est la réalisation qui l’est.
Tout d’abord si c’est vraiment une bonne idée, dis toi qu’il y a au moins 10000 personnes qui l’on aussi eu. Le truc de penser j’ai eu l’idée du siècle et je suis le seul à l’avoir eu, c’est de l’ordre du fantasme de l’égo. Pas plus.
Puis pour que l’idée fonctionne ce qu’il faut c’est avant tout les compétences. Tu sais le premier réseau social c’est pas Facebook. La plupart des sites qui cartonnent sont des copies d’idée antérieure…mais bien réalisé.
Si tu veux que ton idée fonctionne il faut en parler le plus possible autour de toi afin d’avoir le plus de retour possible.

2 J'aimes

une idée n’a aucune valeur. c’est le principe du lean startup. c’est l’action qui change. Pour info un lancement identique dans le même domaine peu très bien marché pour quelqu’un et être une catastrophe pou l’autre. Loi naturel il faut l’admettre. Mais c’est aussi pour cela que c’est existant. j’ai monté une boite d’événement culinaire (qui a périclité) et si vous avez besoin de conseils je demeure à votre disposition. SI vous avez besoin de chefs aussi (ils sont dur à trouver).

Hello
je ne dis pas de n’en pas en parler mais je pense qu’il faut que cela soit dans un cadre hors full access web (et petit hs / je suis loin du typique français dans mes actions entreprises :wink:

C’est vrai que l’on peut penser qu’une idée n’est pas tout que d’autres l’ont eu aussi, heureusement sinon on a vite la grosse tête.
on peut aussi ce dire que c’est possesseur de l’idée qui détient la clé du savoir pour les actions et la mise en place, car on en connait la finalité exacte.
Mais prenons le cas d’une entreprise qui se rend compte qu’une idée est rentable et que cette société dispose de fonds, que notre posteur n’a absolument pas.
Vous serez d’accord que c’est souvent le cas.

Ladite entreprise, elle se plantera peut être car elle ne savait pas ce que le vrai-créateur voulait vraiment faire me direz-vous ! Je suis d’accord.

Ajoutons plus de fonds et un groupe de 10 personnes (qui penseront toujours plus qu’un seul) pensez toujours qu’elle se plantera ? Je suis bon joueur, je suis d’accord elle va se planter.

Et c’est là, que le problème est vraiment, ce n’est pas le fait de parler de l’idée, c’est de la voir galvaudée et surtout détruite.
Imaginons que dans ma dite société, l’équipe n’est pas compris le sens de l’idée ce qui sera le cas, elle crée un produit ou service avec plan marketing défiant toute concurrence et elle se plante.

Notre créateur se dit « ah il y a une justice » il part à sa banque explique son projet …
quelle sera la réponse de la banque et des investisseurs potentiels à votre avis ?
Projet insoutenable. Budget 0 !

Alors, Oui on peut en parler mais pensez y mesurez vos détails.
Je pense qu’il vaut mieux créer un focus groupe ou rejoindre des groupes de travail où tous les gens autour de la table ont un projet et qui peuvent ainsi critiquer faire avancer mais sans arrière-pensée.

Car malheureusement, on vit dans un monde de prédateurs, et c’est aussi la réalité.
et je pense souvent que cette réalité est oubliée par les créateurs et les développeurs qui sont des créateurs, des artistes mais pas assez commerciaux car il y a peu d’artistes riches de leurs vivants :wink:
et si on reprend l’exemple de Facebook Zuc est il le vrai créateur, Microsoft et Gates sont ils les inventeurs d’un os avec souris :wink:

Perso je ne comprends pas ou tu veux en venir. Ceci dit Gates à volé l’os à Xerox et l’idée à mac. Et Zuckerberg a volé les jumeaux.
Et dans les deux cas c’est le petit poussé qui à battu le géant…
Quand tu dis que le possesseur de l’idée qui déteint la clef du savoir pour les actions et la mise en place là aussi c’est faux. Une start up est justement en perpétuelle recherche d’un modèle économique et toutes opèrent des virages à 180°. On a pas le savoir, on a juste une vision et on se plante à chaque fois. Pourquoi une start-up fonctionne, parce que lorsque on adopte un modèle de travail qui nous permet de rebondir dans la bonne direction. De plus le créateur de l’idée n’est pas forcément un bon commercial, ou un bon GH, ni même un bon CEO.
Quant à l’argent c’est pas vraiment un problème, on en trouve toujours si le projet est bon. Le nerf de la guerre c’est de trouver des collaborateurs compétents. Ça c’est une autre paire de manches…

1 J'aime

Hello
peut être mal exprimé, le point sur lequel je voulais insister est l’idée qui reprise par d’autres et foirée devient vite perdue.

Si demain MacDo crée des points de vente qui vendrait uniquement un sandwich à base de xxx et qu’i font un marketing d’enfer que le produit ne prend pas et qu’il se plante, penses tu que si le sandwich YZ était ton projet que tu vas trouver quelqu’un pour le financer ? la j’ai un doute.

Car même si on peut trouver de l’argent ce n’est rarement en claquant des doigts, ma première levée de fonds en 1995 n’était que 400 000 euro (c’était en FF à l’époque j’ai converti pour les plus jeunes), j’ai ramé 6 mois pour convaincre.
Et quand la levée a été rendu publique …6 mois après nous avions 180 concurrents sur le marché !

D’où ma position de ne pas faire trop de bruit sur le net avant d’avoir récupérer des euros pour avoir un peu de répondant au cas où :wink:
on peut aller taper aux portes et en parler, ou alors il faut jouer la grosse intox ouvrir son site et vendre un produit que l’on a pas du tout et que l’on proposera ensuite, j’ai fait l’expérience d’un tel produit dans les Telecom en Belgique, on a tenu 4 mois et avons eu la chance d’être racheté avant que cela parte en live :wink:

Mais cela n’est que mon petite expérience, loin de moi l’idée de données des leçons car dans ce monde ce qui est vrai maintenant peut ne plus l’être dans 5mn.

Re
Ton exemple n’est pas bon.

  • soit leur sandwich est vraiment mauvais soit le problème est ailleurs. Mauvais marketing, mauvaise cible, mauvais canal de diffusion, mauvais timing… il y a plein de facteurs d’échecs.
    Donc oui avec une bonne analyse de l’échec il est tout à fait possible de reprendre le projet et de le faire réussir.
    C’est le fonctionnement même du système de start-up : Faire des erreurs, les corriger et avancer.

Hello
en théorie, tu peux tout reprendre et refaire mais quelques soient les raisons,aucune banque française ne te financera si tu essaies de reprendre un projet qui a foiré !

sauf si tu viens avec des belles garanties qu’elle pourrait te ponctionner, dans ce cas c’est le département risque qui va te prêter en misant contre toi…

et sinon, une start-up c’est comme le reste, si tu te plantes trop tu ne te relèveras pas !
c’est parfois un élément oublié…

On va en rester la, car je pense que tu ne saisies pas bien ce qu’est le growth hacking et l’esprit de start-up.
cdt

1 J'aime

c’est certain, on ne voit pas la start-up avec la même vision
simple différenciation de vue
:wink:

cdt